FEP - CFDT

4 B rue L.de Vinci

25000 Besançon

EDITO Novembre 2019

LE TEMPS DES REFORMES ? CE N’EST PAS LE TEMPS DES CERISES …

QUE NOUS RESTERA-T-IL ? LE NOYAU ? LA QUEUE ?

La réforme des retraites Macron – Delevoye.

Cette réforme entraîne beaucoup d’inquiétude et d’interrogations. On le constate chaque jour, construire un système universel des retraites suscite des réactions fortes, parfois compréhensibles, parfois démagogiques, souvent corporatistes. Il faut les entendre pour y répondre et pour porter des revendications justes et soucieuses de l’intérêt général. Un système universel n’est pas synonyme de système uniforme.

La CFDT n’est pas opposée à la création d’un système universel qui serait plus égalitaire, mais revendique un minimum de pension, des droits familiaux qui doivent davantage bénéficier aux femmes, la pénibilité qui doit mieux être prise en compte. La future réforme doit aussi créer des droits nouveaux : aménagement des fins de carrière et retraite progressive, liberté de choisir son âge de départ, sécurité des droits, droits à l’information et à l’accompagnement…

Mais il faudra être très vigilant pour qu’il n’y ait pas un nivellement par le bas, ce qui ne serait pas une source d’égalité et de progrès social. L’égalité et le progrès social exigeraient au contraire d’élever tous les régimes pour les aligner sur les plus favorables et faire profiter à tous des conquêtes de certains.

Une autre interrogation : Que deviendront les régimes de retraite complémentaire l’IRCANTEC, l’AGIRC ARCO ? Quelle sera la valeur du point ?

La Réforme du Bac général et technologique.

La réforme du lycée général et du lycée technologique est entrée dans une nouvelle phase depuis la rentrée de septembre. Les élèves de 1ère ont intégré des groupes classe différents de ceux qu’ils connaissaient jusqu’alors. Le suivi des 3 enseignements de spécialité et des options oblige les lycéens comme les enseignants à une nouvelle organisation qui engendre des conséquences sur leurs conditions de travail : emploi du temps « gruyère », amplitude horaire élargie, groupe classe « déstructuré », déplacements entre établissements, charge de travail plus importante, … 

L’organisation des épreuves de contrôle continu programmées dès le second trimestre est également une préoccupation de tout instant des établissements et des enseignants.

Nous constatons déjà les dérives de cette réforme précipitée et exigeons des mesures correctives.

Réforme de la voie professionnelle

De nombreux changements ont été demandés aux enseignants pour s’adapter à de nouveaux publics (apprentis dans le cadre de la Mixité), de nouvelles pratiques pédagogiques (co-intervention, chef d’œuvre, …), de nouveaux programmes et à une nouvelle organisation des formations (Secondes de métiers). Autant de bouleversements qui requièrent du temps, de la formation sans oublier de la reconnaissance financière dont l’Etat employeur se garde bien de parler ou malheureusement très peu …. Nous constatons aussi des difficultés au quotidien, des dysfonctionnements et un manque latent de formation et de temps de concertation, des éléments incontournables pour offrir aux élèves toutes les chances pour leur réussite. Bref, des conditions de travail dégradées. 

Métier et Rémunération

Comme chaque année, les services de l’OCDE publient diverses données sur l’état de l’Education dans le monde.

Le Salaire des enseignants français (rapport de l’OCDE) est très complet, mais peut porter à confusion et engendrer une polémique, en fonction de la lecture et des critères d’analyse que l’on choisit (Choix des secteurs concernés : OCDE, union européenne, Zone euro, G7, …). Mais on peut faire un constat unanime : quel que soit le secteur choisi, les enseignants français sont sous-payés par rapport aux autres pays…

par Philippe BONGAIN, secrétaire Général Fep CFDT Franche-Comté