FEP - CFDT

4 B rue L.de Vinci

25000 Besançon

CCMI DU 29 JANVIER 2019

La CCMI consacrée d’une part aux indemnités péri-éducatives et d’autre part aux changements d’échelons classe exceptionnelle et échelon spécial a eu lieu le 29 janvier 2019.

 

Pour le passage en classe exceptionnelle, il y a eu 5 promotions au titre du vivier 1 et 3 promotions au titre du vivier 2.

 Il y a eu 1 promotion à l’échelon spécial.

Concernant le premier vivier (professeurs d’école qui ont atteint le 3ème échelon de la Hors Classe ayant exercé en éducation prioritaire ou mission spéciale ou occupé certains postes à responsabilités particulières pendant 8 années au 1er septembre 2018), 6 personnes étaient promouvables. 13 personnes avaient candidaté mais toutes n’avaient pas les conditions requises.

Pour le second vivier, il y a eu 3 promotions sur 4. Les professeurs d’école éligibles sont ceux ayant atteints l’échelon 6, le dernier, de la Hors Classe.

 

67 personnes ont bénéficié d’un avancement à l’ancienneté : 27 dans le Jura, 14 en Haute Saône et 19 dans le Territoire de Belfort et 7 personnes dans le Doubs.

 

Concernant l’échelon spécial, une seule personne en a bénéficié. (Avoir, à la date du 31 août 2018, au moins 3 ans d’ancienneté dans le quatrième échelon du grade classe exceptionnelle était la condition requise.)

 

Concernant les indemnités péri-éducatives, dans le Doubs, il y avait un contingent de 160 heures et 139 heures ont été accordées pour 6 dossiers présentés par 5 écoles.

En Haute-Saône, il y avait un contingent de 150 heures et 67,50 heures ont été accordées pour 2 dossiers présentés par 2 écoles.

Dans le Territoire de Belfort, il y avait un contingent de 85 heures et 85 heures ont été accordées pour 2 dossiers présentés dans 2 écoles.

A noter que dans le Département du Jura, 50 heures auraient pu être accordées par le Rectorat mais aucun projet n’a été présenté. Ces dernières années, certains dossiers avaient été rejetés car ils n’étaient pas en lien avec le projet d’école.

Pour rappel, les indemnités péri-éducatives servent à rémunérer des activités à  caractère sportif, artistique, culturel, scientifique ou technique. Les dotations pour les écoles et les établissements sont réparties dans la limite des contingents attribués par les inspecteurs d'académie, après avis des comités techniques paritaires. Le projet d'école ou d'établissement prévoit ces activités.

 

Nous veillons au bon déroulement des commissions pour lesquelles nous vous représentons car vous nous avez témoigné votre confiance et nous vous en remercions !

 

Martine Géhin