FEP - CFDT

4 B rue L.de Vinci

25000 Besançon

Rentrée 2018

Elections fonction Publique 2018

Du jeudi 29 novembre au jeudi 6 décembre 2018

 

La date officielle de la rentrée scolaire 2018-2019 pour les élèves "tombe" le lundi 3 septembre 2018. Sauf …

pour les enseignants et le personnel des établissements, que la prérentrée oblige à faire leur retour en classe avant les élèves.

Adieu, les couchers de soleil sur la plage... Bonjour, les couchers de bonne heure à la maison. Les vacances d'été touchent à leur fin…  Pour certains, la reprise est un moment réjouissant, certains se disent "soulagés, pressés de passer à autre chose après les vacances", de recréer du lien avec leurs collègues et de se lancer des nouveaux défis.

Mais pour d’autres, la perspective de la reprise n'est pas forcément des plus réjouissantes, c’est le blues, le ventre noué par le stress, la mélancolie...

N’essayez pas d’en faire trop le premier jour, vous n’arriverez pas à tout faire, rebranchez-vous tranquillement avec le travail, afin d’éviter de vous sentir débordé. Continuez à profiter des activités estivales, un petit verre en terrasse, de longues balades à la campagne le weekend... Même si le travail a repris, rien ne vous empêche de continuer à profiter des beaux jours. Cette attitude vous permettra de prolonger le bien-être et la détente ressentis pendant les congés.

 

Quels changements pour cette rentrée ?

 

Cinq évaluations nationales sont généralisées à la rentrée : en CP, en CE1, en 6ème et en seconde.

 

Le téléphone portable, les smartphones sont désormais interdits dans les cours des écoles et des collèges.

 

En primaire, 80 à 85 % des communes françaises devraient rétablir la semaine de 4 jours dans leurs établissements scolaires maternels et primaires. Le retour massif à la semaine de 4 jours va de pair avec un renforcement de l’offre et de la qualité de l’accueil de loisirs du mercredi pour les enfants de maternelle et de primaire avec des activités périscolaires à forte dimension éducative. Et à la rentrée, Les élèves de CE2 devront apprendre par cœur le premier couplet de la Marseillaise.

 

Au collège : peu de changements, si ce n’est que le chant choral fera partie des enseignements facultatifs au même titre que les langues anciennes.

 

Changements en classe de seconde et réforme du bac en vue pour les élèves et enseignants des lycées.

Pour les élèves qui arrivent en seconde en septembre, 2 nouveautés sont mises en place dès la rentrée avec un « nouveau » bac à horizon 2021 :

Un test de positionnement pour évaluer finement leur niveau en français et en maths.

Des accompagnements en français personnalisés ainsi qu’une « aide aux choix d'orientation ». Les autres changements seront introduits les années suivantes : des disciplines de spécialités, obligatoires et optionnelles remplaceront les séries ES, S et L. Les séries technologiques resteront inchangées.

 

Une réforme de la voie professionnelle (bacs pros) : quelques expérimentations sont prévues dès la rentrée scolaire 2018/2019 dans certains établissements en vue de réformer à terme la filière professionnelle : seconde moins spécialisée avec plusieurs enseignements, suppression des filières sans débouchés création de véritables campus professionnels avec davantage de liens avec les entreprises et les régions.

 

 

Des changements, une réforme faite à la va-vite, imposée la plupart du temps sans dialogue social et avec encore beaucoup d’incertitudes.

 

Ces changements, cette réforme posent plus de questions qu’elle n’en résout. Malgré l’infographie du ministère, de nombreuses inconnues demeurent, sur l’architecture et le contenu des enseignements qui seront proposés aux élèves. Il est difficile dans ces conditions de comprendre les conséquences concrètes de la réforme, ce qui ne peut être qu’une source d’inquiétude pour les personnels, les élèves et leurs familles.

 

Nous réclamons moins d’indécision, plus de clarté, moins d’ordres et de décisions contradictoires au niveau du ministère et du rectorat (mise en place du PPCR, annulation des décisions de promotions HC et vivier classe exceptionnelle…).

Nous réclamons aussi que les passerelles entre enseignement agricole et éducation nationale soient plus effectives, que les situations des agents en perte d’emploi soient traitées comme prioritaires et non en fin de mouvement.

 

Au quotidien, en acteur de terrain, notre syndicat FEP CFDT met un accent à la sortie de la précarité, l’accompagnement pour l’entrée dans la profession, la pleine reconnaissance de chacun dans son métier au service de l’Education en tant qu’enseignant ou salarié d’un établissement privé.

Nous devons encore convaincre nos collègues de nous rejoindre afin qu’ensemble, nous soyons plus forts et plus écoutés dans un objectif de justice sociale, de dialogue constructif, d’évolution des conditions de travail et de solidarité.

Nous avons besoin de vous pour faire remonter vos réactions, vos demandes, pour suivre les actions que nous mettons en place. C’est vous qui donnez force et légitimité à nos revendications.

C’est déjà grâce à vous que nous sommes le seul syndicat à avoir les mêmes représentants à la Commission Académique de d’Emploi (2 à la CAE), à la Commission Consultative Mixte Académique (3/4 à la CCMA) et à la Commission Consultative Mixte Interdépartementale (2/3 à la CCMI).

Mais toutes nos actions demandent du temps et c’est en étant ou en devenant adhérents, en votant et en faisant voter pour nos listes FEP CFDT aux élections de décembre 2018 que nous pourrons être efficace.

Mais pourquoi voter aux élections de décembre 2018 ?

Pour les maîtres qui ont besoin de représentants efficaces, compétents, dynamiques, qui les informent, qui les aident et qui les conseillent, qui les défendent individuellement et collectivement

En CCM, les élus Fep – CFDT, suivent la carrière de leurs collègues, suivent les demandes d’emploi, défendent au besoin les dossiers individuels, interpellent également l’administration sur toute question concernant la profession et le suivi des maîtres

Pour la Fep-CFDT… avoir une bonne représentativité, une bonne audience, un poids électoral que les décideurs doivent nécessairement prendre en compte, obtenir des moyens (décharges de temps de service) sans lesquels il ne serait pas possible de se former pour être le plus efficace possible, de suivre les dossiers, de défendre les personnels, de suivre de très près le mouvement de l’emploi, d’informer, de tenir des permanences, d’organiser des rencontres, de siéger dans différentes instances …

Pour la reconnaissance du travail effectué par les élus et les mandatés Fep-CFDT à commencer par celui réalisé au sein des établissements.

 

Je ne peux clôturer cet édito de rentrée sans avoir une pensée particulière pour nos collègues de Morbier qui ne rejoindront pas leur établissement à cette rentrée, en espérant que cette situation ne se renouvelle jamais …

 

 

 

Philippe BONGAIN,

Secrétaire général FEP CFDT Franche-Comté